Comment fonctionnent le prêt et l’emprunt ?

Jun 18, 2021 2 min read

Les protocoles de prêt de la DeFi diffèrent des banques en ce sens que l'ensemble du protocole est entièrement on-chain et n'est contrôlé par aucune entité centralisée. Cela signifie que la différence entre les taux de prêt et d'emprunt peut être considérablement plus faible que dans la finance traditionnelle, car l'ensemble du processus fonctionne de manière beaucoup plus efficace avec des smart contracts qui ne génèrent pas de frais supplémentaires dus à des intermédiaires humains.

Il convient de noter qu'il existe également des sociétés de prêt et d'emprunt centralisées en crypto, qui offrent elles aussi de meilleurs rendements que ceux des banques traditionnelles en raison de l'efficacité accrue du traitement des cryptomonnaies par rapport aux fiats. Toutefois, cela nécessite toujours de faire confiance à ces sociétés et de se soumettre à des contrôles KYC (Know Your Customer) en révélant son identité. Dans le cadre de la DeFi, en revanche, il suffit de s'assurer que le smart contract est bien écrit et ne contient pas de bugs, et vous pouvez alors emprunter ou prêter des cryptomonnaies sans rien révéler d'autre que l'adresse publique de votre portefeuille.

Compound et Aave

Pour expliquer le fonctionnement des prêts et des emprunts, nous pouvons prendre l'exemple de Compound et d'Aave, qui sont actuellement deux des protocoles les plus populaires. Tous deux fonctionnent de manière similaire lorsqu'il s'agit d'emprunter : un utilisateur dépose un collatéral dans le protocole (sous la forme d'un token particulier) et obtient un prêt sous la forme d'un autre token. Lorsque l'utilisateur rembourse le prêt plus les intérêts, le collatéral lui est rendu.

En raison de la volatilité de la crypto, les prêts au sein de la DeFi sont toujours surcollatéralisés. Cela signifie que, par exemple, si vous voulez emprunter 1000 USDT avec de l'ETH comme collatéral, vous devez déposer 1250 USD d'ETH. Mais pourquoi alors contracter un prêt si l'on doit déposer un collatéral d'une valeur supérieure à celle du prêt (plutôt que de simplement vendre le collatéral) ? Parmi les principales raisons, on peut citer le fait qu'un utilisateur a besoin de fonds à un moment précis pour faire face à un événement imprévu, ou bien qu'il est optimiste quant au token donné en collatéral et ne veut pas le vendre. Il existe également, dans certaines juridictions, des avantages fiscaux à contracter un prêt plutôt qu'à vendre des cryptomonnaies.

En ce qui concerne les prêts, le principe de base de Compound et d'Aave est le même, mais il est mis en œuvre différemment. Dans les deux cas, l'utilisateur fournit un actif au protocole, et cet actif est ensuite utilisé pour les prêts. En échange des tokens fournis, le protocole émet de nouveaux tokens qui représentent l'actif fourni plus les intérêts (et qui peuvent être transférés comme tout autre token). Lorsque ces tokens sont restitués, l'utilisateur reçoit l'actif sous-jacent plus les intérêts pour la période à laquelle il a été fourni.

La principale différence entre Compound et Aave est le rapport entre les tokens fournis et les tokens que l'utilisateur reçoit (appelés cTokens dans Compound et aTokens dans Aave). Chez Compound, le taux de change augmente progressivement au fil du temps (l'utilisateur reçoit par exemple 500 tokens cETH pour 1 ETH, et lorsqu'il les rachète un an plus tard, il reçoit 1,1 ETH pour ses 500 tokens cETH en raison de la variation du taux de change). Chez Aave, les aTokens sont émis et rachetés dans un rapport de 1:1 par rapport aux tokens fournis, et le protocole récompense les intérêts en augmentant continuellement le solde des aTokens de l'utilisateur.

Great! Next, complete checkout for full access to Stake DAO Academy.
Welcome back! You've successfully signed in.
You've successfully subscribed to Stake DAO Academy.
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.
Success! Your billing info has been updated.
Your billing was not updated.